Admeto, Rè di Tessaglia

Opéra en trois actes 

Version de concert sur-titrée

Le 10 mars 2020 au Théâtre de La Criée de Marseille

En coproduction avec le Centre d’Art Vocal et de Musique Ancienne (Chœur de chambre de Namur)

A la création de Admeto, le 31 janvier 1727, Haendel disposait des plus grands chanteurs et allait connaître un succès qu’il n’égalera plus. Grâce à ses “stars”, mais aussi grâce à un livret clair et théâtral et une musique magnifique. 

Le drame commence d’emblée : Admète malade se meurt, et sa femme Alceste sacrifie sa propre vie pour sauver la sienne. Admète guéri, réalise qu’il a été trompé (dupé par un faux portrait) et qu’il aurait du épouser Antigone. Cette dernière s’introduit au château en tant que bergère et souhaite épouser Admète. Mais Alceste, sauvée du royaume des morts par Hercule, compte bien reprendre sa place. Admète est confronté à un choix cornélien.

Haendel compose une musique de grande qualité théâtrale pour les 3 chanteurs d’exception dont il dispose : Senesino (Admète), Cuzzoni (Antigone), et Faustina (Alceste).

 

Admète, roi de Thessalie, doit mourir si personne ne se sacrifie à sa place. Par amour, Alceste, son épouse, accepte ce sacrifice, à condition que le roi lui reste fidèle après sa mort. Va-t-il résister ou succomber? Alceste, arrachée des Enfers par Hercule, pourra t ’elle juger de la conduite de son époux?

Sur un livret tiré d’Euripide, Haendel a composé un de ses plus riches opéras. Cette intrigue de passion, de mort, d’amour et de trahisons lui a inspiré des scènes brulantes et des airs sublimes, qui ont fait la gloire de l’œuvre dès sa création à Londres en 1727, même si la présence des vedettes du chant de l’époque (la Bordoni, la Cuzzoni et le castrat Senesino) participa grandement au succès.

Dans le cadre de Mars en Baroque, Jean-Marc Aymes, à la tête de son Concerto Soave et d’une toute jeune et magnifique équipe de chanteurs, propose une nouvelle lecture de cet indéniable chef-d’œuvre du maître baroque.