Agenda

Prochains concerts

12 juin 2019
Freunde Alter Musik Basel | Suisse

"VOI CH'ASCOLTATE"
Pétrarque dans les monodies du premier seicento

Lire la suite

S. D'india, J. Peri, C. Monteverdi, M. da Gagliano, G.M. Trabaci

Dans le cadre de la deuxième Semaine italienne d'Avignon.

Bien que moins présent dans les premières monodies italiennes du XVIIème que dans le madrigal polyphonique du siècle précédent, Pétrarque marque de son empreinte poétique l'invention du recitar cantando. Il figure toujours en bonne place dans les recueils de grands monodistes comme le palermitain Sigismondo d'India, ou les forentins Jacopo Peri et Marco da Gagliano. Ce programme propose donc un voyage à travers la poétique du Canzoniere au prisme de l'invention du stile nuovo, ce nouveau style de chant qui bouleversa l'Europe des Arts au début du XVIIème siècle.


María Cristina Kiehr, soprano

Matthias Spaeter, archiluth
Mara Galassi, harpe
Sylvie Moquet, viole de gambe
Jean-Marc Aymes, orgue, clavecin & direction

20 juillet 2019
Musiques des Lumières | Abbaye de Sorrèze

MAGNIFICAT !
De Venise à Vienne, Chefs d'oeuvre sacrés de deux maîtres italiens.

Lire la suite

Antonio Vivaldi (1678-1741) 
Magnificat (RV.611)
Concerto pour 2 violons et violoncelle (RV. 514, extrait de l'Estro Armonico)
Sinfonia al Santo Sepolcro (RV. 169)

Antonio Caldara (1670-1736) Crucifixuse
Maddalena ai piedi di Cristo (extraits) : Sinfonia
Per il mar del pianto mio 
(Peccaverunt, motet à voix d'hommes)
In lagrime stemprato
Missa Dolorosa 

Comme son contemporain Vivaldi (1678-1741), Antonio Caldara (1670-1736) est né à Venise et mort à Vienne. Tous deux figurent parmi les compositeurs de musique vocale les plus prolifiques de leur temps, composant opéras, cantates profanes, oratorios ainsi qu’un important opus d’oeuvres religieuses.
Caldara voyage beaucoup… Rome, Madrid. En 1717, il est nommé second Kapellmeister de l’empereur
Charles VI à Vienne où il demeure jusqu’à sa mort. Dans ses oeuvres religieuses, on trouve une magnifique synthèse des styles de son époque : stricte écriture contrapuntique a cappella, tradition vénitienne de la polychoralité (dans l’admirable Crucifixus, à seize voix), oppositions d’airs gracieux ou émouvants pour solistes et choeurs puissants (Missa dolorosa). Ces qualités contribuèrent à sa renommée : Haydn et Beethoven lui vouaient une grande admiration.
Les éléments et Concerto Soave livrent dans ce programme quelques-unes des plus belles pièces sacrées de Caldara qu’ils mettent en regard avec la musique de Vivaldi, dans laquelle le Prêtre Roux introduit son style concertant inimitable.

Joël Suhubiette, direction
Julia Wischniewski, soprano
Cécile Dibon-Lafarge, soprano
Corinne Bahuaud, alto
Guilhem Terrail, alto
Olivier Coiffet, ténor
Renaud Delaigue, basse


Concerto Soave
Alessandro Ciccolini et Patrizio Focardi, violons
Patricia Gagnon, alto
Cécile Verolles, violoncelle
Jean-Marc Aymes, clavecin et orgue


Choeur de chambre Les éléments
Cécile Dibon-Lafarge, Cyprile Meier-Lefebvre, Eliette Parmentier, Julia Wischniewski, Sopranos
Joëlle Gay-Mas, Corinne Bahuaud, Guilhem Terrail, Marc Pontus, Altos
Laurent David, Olivier Coiffet , Guillaume Zabe, Jean-François Olivier, Ténors
Didier Chevalier, Antonio Guirao-Valverde, Christophe Sam, Renaud Delaigue, Basses

Un programme coproduit par l’ensemble Concerto Soave et le Choeur de Chambre Les Éléments

23 juillet 2019
Les Heures Musicales de l'Abbaye de Lessay

MAGNIFICAT !
De Venise à Vienne, Chefs d'oeuvre sacrés de deux maîtres italiens.

Lire la suite

Antonio Vivaldi (1678-1741) 
Magnificat (RV.611)
Concerto pour 2 violons et violoncelle (RV. 514, extrait de l'Estro Armonico)
Sinfonia al Santo Sepolcro (RV. 169)

Antonio Caldara (1670-1736) Crucifixuse
Maddalena ai piedi di Cristo (extraits) : Sinfonia
Per il mar del pianto mio 
(Peccaverunt, motet à voix d'hommes)
In lagrime stemprato
Missa Dolorosa 

Comme son contemporain Vivaldi (1678-1741), Antonio Caldara (1670-1736) est né à Venise et mort à Vienne. Tous deux figurent parmi les compositeurs de musique vocale les plus prolifiques de leur temps, composant opéras, cantates profanes, oratorios ainsi qu’un important opus d’oeuvres religieuses.
Caldara voyage beaucoup… Rome, Madrid. En 1717, il est nommé second Kapellmeister de l’empereur
Charles VI à Vienne où il demeure jusqu’à sa mort. Dans ses oeuvres religieuses, on trouve une magnifique synthèse des styles de son époque : stricte écriture contrapuntique a cappella, tradition vénitienne de la polychoralité (dans l’admirable Crucifixus, à seize voix), oppositions d’airs gracieux ou émouvants pour solistes et choeurs puissants (Missa dolorosa). Ces qualités contribuèrent à sa renommée : Haydn et Beethoven lui vouaient une grande admiration.
Les éléments et Concerto Soave livrent dans ce programme quelques-unes des plus belles pièces sacrées de Caldara qu’ils mettent en regard avec la musique de Vivaldi, dans laquelle le Prêtre Roux introduit son style concertant inimitable.

Joël Suhubiette, direction
Julia Wischniewski, soprano
Cécile Dibon-Lafarge, soprano
Corinne Bahuaud, alto
Guilhem Terrail, alto
Olivier Coiffet, ténor
Renaud Delaigue, basse


Concerto Soave
Alessandro Ciccolini et Patrizio Focardi, violons
Patricia Gagnon, alto
Cécile Verolles, violoncelle
Jean-Marc Aymes, clavecin et orgue


Choeur de chambre Les éléments
Cécile Dibon-Lafarge, Cyprile Meier-Lefebvre, Eliette Parmentier, Julia Wischniewski, Sopranos
Joëlle Gay-Mas, Corinne Bahuaud, Guilhem Terrail, Marc Pontus, Altos
Laurent David, Olivier Coiffet , Guillaume Zabe, Jean-François Olivier, Ténors
Didier Chevalier, Antonio Guirao-Valverde, Christophe Sam, Renaud Delaigue, Basses

Un programme coproduit par l’ensemble Concerto Soave et le Choeur de Chambre Les Éléments

6 août 2019
Festival Baroque de Tarentaise | Chapelle Notre-Dame-de-la-Vie | Saint-Martin-de-Belleville

NUIT ILLUMINÉE
Au coeur de la nuit sacrée : Perti, Zelenka, Charpentier

Lire la suite

Ce programme entièrement dédié à la musique sacrée met à l’honneur, aux côtés de Bach et de Charpentier, deux compositeurs baroques géniaux mais trop rarement joués, l’Italien Giacomo Antonio Perti et le Tchèque Jan Dismas Zelenka. La Notte Illuminata de Perti comme Les Lamentations de Zelenka nous emmèneront au plus profond de la nuit. Premier Prix du concours international de chant de Froville, Romain Bockler a tenu le rôle principal dans le dernier opéra de Peter Etvös Senza sangue. Ce programme permet de le découvrir en récital.

Romain Bockler, baryton
Concerto Soave | Jean-Marc Aymes
2 violons, alto, violoncelle, clavecin et orgue

18 août 2019
Eglise St Pierre Es Liens de l’Escarène (06) | 17h00

LAUDATE DOMINUM
Trésors de la musique sacrée baroque, de la Provence à l’Italie

Lire la suite

 

Motets pour basse, violons et orgue de Monteverdi, Cazzati, Charpentier, Campra...

Si le répertoire des motets pour soprano et instruments, de Monteverdi à Vivaldi, de Marc -Antoine Charpentier à Campra, est bien connu, celui pour basse et violons l’est beaucoup moins. Autour du magnifique orgue Grinda de l’église de L’Escarène, et de la voix du jeune et brillant baryton Romain Bockler, Jean-Marc Aymes, habitué de l’instrument unique de l’église Saint-Pierre-Es-Lien, a conçu un programme  mêlant musique italienne et musique française, et même provençale avec Campra.

Le motet pour basse et deux violons fut en effet illustré par des compositeurs aussi brillants que le vénitien Claudio Monteverdi (1567-1643), le romain Orazio Tarditi (1602-1677) ou le bolonais Maurizio Cazzati (1616-1678). Ils ont su utiliser les qualités de timbre de la voix de basse pour illustrer les fortes images de l’Ancien Testament, ou la ferme confiance dans la vie éternelle.
Après s’être généralisé en Italie, le genre du motet à voix seule avec instruments pénétrera progressivement en France. Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), à son retour de Rome, l’adoptera dans nombre de ses œuvres, dont une série de Leçons des Ténèbres qui compte parmi ses chefs-d’œuvre. Mais c’est un provençal qui donnera les plus beaux exemples du genre, alliant la verve mélodique italienne et la rigueur française. Il s’agit de l’aixois André Campra (1660-1744), dont les deux motets pour basse présentés dans ce programme demeurent parmi les modèles insurpassables du genre.
En réunissant l’Italie et la France, c’est aussi un hommage aux facteurs d’orgue niçois et à leur instrument qu’a voulu rendre Jean-Marc Aymes à la tête des musiciens du Centre Baroque de Provence.

Romain Bockler, baryton
Xavier Sichel, Paul Monteiro, violons baroques
µJean-Marc Aymes, orgue et direction

24 août 2019
Festival Oude Muziek | Utrecht

La Passion selon Saint Jean - Trabaci

26 août 2019
Festival Oude Muziek | Utrecht

Récital de Jean-Marc Aymes